Flash info
  • Commémoration Apatridie : 25 février 2017, deuxième anniversaire de la déclaration d'Abidjan sur la lutte contre l'apatridie.
Ministère des Affaires Etrangères
Service d'Aide et d'Assistance aux Réfugiés et Apatrides
armoirie

Le SAARA et le HCR organisent une série de formations à l’intention des officiers d’état civil sur la lutte contre l’apatridie

Mise en ligne le 10/11/2015 / Catégorie: Apatridie

Une des séances de Formation des Officiers d'Etat Civil, étape d'Agboville

 

Le Service d’Aide et d’Assistance aux Réfugiés et Apatrides (SAARA) du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, a organisé en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), plusieurs ateliers de formation à l’intention des officiers d’état civils dans plusieurs localités du district d’Abidjan et d’Agboville du mardi 29 Septembre au mercredi 07 octobre 2015 dans le cadre de la prévention et de la lutte contre l’apatridie. Après la série de formation des agents d’Etat Civile dans la période de Juin 2015, le SAARA et le HCR ont ciblés les officiers d’Etat civils afin d’harmoniser et de mettre en commun les rouages et les mécanismes de lutte contre l’Apatridie en Côte d’Ivoire. Ce sont les mairies de Yopougon, de Anyama, d’Agboville et d’Abobo qui ont servis de cadre aux dites séances de formations. Pour la formation des  officiers d’Etat Civils, composés de Magistrats, d’Adjoints au maire, de Maires et de Sous-Préfets, le juge Dagrou Théodore, Magistrat Hors Hiérarchie et Conseiller à la Cour Suprême, s’est appesanti sur la prévention et la réduction des cas d’Apatridie en Côte d’Ivoire :concept, enjeux et défis au lendemain de la ratification des conventions relatives au statut des Apatrides de 1954 et sur la réduction de l’Apatridie de 1961. Cette formation a concerné environ cent (100) officiers y compris les chefs de communautés et de quartiers. Les auditeurs ont pu poser des questions essentielles sur la problématique de l’Apatridie pour mieux l’appréhender, puis ont fait des recommandations à l’endroit des initiateurs de la formation. Pour eux, une campagne de sensibilisation plus accrue doit être menée dans les quartiers pour toucher les populations. L’informatisation des registres et la modernisation du système d’Etat civil restent au cœur des préoccupations et se présentent comme une panacée pour arriver in fine à maitriser l’Apatridie. Dans la pédagogie utilisée par le formateur, chaque séance était suivie d’échanges et de discussions qui ont permis un partage rationnel des expériences en matière d’état civil. Le Juge Théodore DAGROU, n’a pas manqué de rappeler aux auditeurs, que ces formations intervenaient dans un contexte marqué par la ténue à Abidjan, de la conférence consultative ouest-africaine sur la citoyenneté et l’Apatridie (28 au 30 Septembre 2015 à l’hôtel IVOTEL), ou les pays membres de la CEDEAO ont fait le suivi des actions menées par chaque Etat membre pour éradiquer l’Apatridie.