Flash info
  • Commémoration Apatridie : 25 février 2017, deuxième anniversaire de la déclaration d'Abidjan sur la lutte contre l'apatridie.
Ministère des Affaires Etrangères
Service d'Aide et d'Assistance aux Réfugiés et Apatrides
armoirie

Protection des réfugiés

Le Service d’Aide et d’Assistance aux Réfugiés et Apatrides (SAARA) est la structure gouvernementale mise en place depuis 1990 pour assurer la protection et la coordination de l’assistance internationale aux réfugiés et apatrides vivant en Côte d’Ivoire. Le SAARA assure:

  • Protection physique en lien avec le Ministère de l’intérieur et de la Sécurité;
  • Protection administrative à travers la délivrance de documents d’identité (Carte d’identité du réfugié…);
  • Protection juridique et judiciaire.

Le SAARA mène les activités suivantes au profit des réfugiés :

  • mise en œuvre de procédures de détermination du statut de réfugié ;
  • Il s’agit de permettre aux personnes qui fuient leurs pays d’origine ou de résidence habituelle ( dans les situations d’apatridie) du fait des crises ou de persécutions individuelles d’ introduire des demandes d’asile auprès du gouvernement pour pouvoir bénéficier de la protection nationale. Même si ces personnes qui ont fui soit des persécutions individuelles ou des guerres ont la qualité de réfugié, il faut savoir que le statut ne leur est pas automatiquement conféré. C’est pourquoi il est nécessaire de mettre en place des procédures de détermination du statut de réfugié. L’octroi du statut leur confère des droits mais les soumet également à des obligations.

  • Renforcement de l'enregistrement et de la délivrance de documents d'état civil ;
  • Il s’agit ici d’aider les réfugiés à déclarer de manière systématique les évènements qui affectent leurs vies notamment les naissances.

  • Adoption d’une loi sur l’asile ;
  • La Côte d’Ivoire ne s’est pas encore dotée d’une loi réglementant la question de l’asile, le SAARA mène des initiatives en vue de l’adoption d’un projet de loi qui aura une portée générale et qui prendra en compte toutes les questions de protection.

  • Activité de cohésion sociale ;
  • A la veille des échéances électorales 2015 et compte tenu des évènements survenus en 2011 et qui ont conduit à l’assimilation des réfugiés libériens aux mercenaires, le SAARA met en œuvre nécessaire certaines activités de sensibilisation à l’attention des populations et de renforcement des capacités des forces de l’ordre, des autorités administratives, de la Presse et des organisations de la société civile en vue garantir le respect des droits de réfugiés et la cohésion sociale.

    En résumé, le SAARA veille au respect des Conventions de Genève de 1951 et de l’OUA DE 1969. Il assure la délivrance des documents administratifs pour l’identification et la libre circulation des réfugiés, pour leur permettre d’exercer librement les actes de la vie civile. Le SAARA sensibilise les populations des zones d’accueil à la cohésion sociales et veille à la sécurité physique et l’état des refugiés en accord avec les ministères précités. Il veille à légalité des traitements des réfugiés et assure le suivi et évaluation des cas individuels notamment les cas de détentions, d’arrestations dans le cadre d’une procédure judiciaire, de l’éducation des enfants, dans le cadre de l’intégration d’un enfant refugié dans le système éducatif ivoirien. C’est dit dans la Convention de Genève de 1951 que tout Etat a obligation de veiller à la scolarisation des enfants surtout pour l’éducation primaire.